Vouloir changer son conjoint, est-ce bien ?

Publié le 26 janvier 2017 dans Les articles du bulletin

« Non ! Faut même pas essayer ! » Telle est la réponse qu’on nous a souvent inculquée. Mais même un magazine comme Psychologies a récemment remis en cause cette idée reçue : « D’où vient cette croyance que l’on ne peut pas changer l’autre ? Sans doute de la mise en garde nécessaire des thérapeutes contre une volonté de plier notre partenaire à nos désirs… Mais entre glisser vers le contrôle de l’autre et contribuer à son évolution, il existe une marge de manoeuvre à explorer. »

En effet, la réponse chrétienne est plus nuancée : Oui, on peut changer l’autre indirectement, en étant un vecteur de la grâce de Dieu.

Quand vous avez rencontré votre conjoint, il/elle était parfait en tous points, mais avec le temps, vous avez remarqué un certain nombre d’habitudes et de comportements qui vous dérangent et que vous aimeriez changer chez l’autre. Alors vous avez essayé plusieurs méthodes pour le changer (suggestion, séduction, manipulation, confrontation, intimidation, dénigrement) avec des résultats certainement décevants. Faut-il désespérer, abandonner ? Voici quelques réflexions pour avancer avec Dieu.

Le changement, c’est inévitable
Vous allez forcément changer votre conjoint, en meilleur ou pire. Des années de vie commune ne peuvent qu’avoir un effet sur soi-même et sur l’autre (et les enfants). Salomon était changé par ses épouses étrangères, Achab était corrompu par sa femme Jezabel, Saphira a été conduite dans le mensonge par son mari Ananias. Qui a dit qu’on ne peut pas changer son conjoint ? Autant résoudre d’être une bonne influence par notre attitude, notre manière de parler, notre joie de vivre, notre contentement, etc.

Le changement, c’est la sanctification
Oui, Dieu seul peut changer les cœurs, et la sanctification est l’oeuvre du Saint-Esprit, mais un moyen de grâce pour notre sanctification, ce sont les autres personnes que Dieu a placées dans notre vie, et en particulier, les frères et soeurs de l’église, dont notre conjoint. Le vrai amour, c’est vouloir le changement de l’autre (c.-à.-d sa sanctification), non pas pour acquérir plus de confort personnel, mais pour son plus grand bien. Ainsi, un mari est appelé à faire envers son épouse ce que Christ fait pour la sienne : « il s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable.» (Eph 5.26) Concrètement, des discussions et des lectures autour de la Bible ou des choix d’activités (inviter un nouveau couple de l’église, servir ensemble) peuvent contribuer à créer un climat propice au progrès spirituel. La réalité de la sanctification chez le chrétien me rappelle aussi qu’à tout moment, Dieu m’aime « tel que je suis » même s’il compte encore me changer ; ainsi, j’aime mon conjoint tel qu’il/elle est de ce même amour inconditionnel.

Le changement, c’est par grâce
Selon une doctrine centrale de la Bible, c’est la grâce, et non les exigences de la loi, qui change les cœurs et les comportements. La même vérité s’applique au couple : imposer des exigences à l’autre (fais ceci, ne fais pas cela) n’apportera pas la transformation. La seule chose qui nous change au plus profond de notre être, c’est d’être touché par l’amour et la grâce. Si je veux changer mon conjoint, je dois lui manifester le genre d’amour et de sacrifice que Christ a montrés à la croix.