La lecture de la Bible ne risque t-elle pas de prendre un aspect routinier ?

Publié le 3 février 2016 dans Les articles du bulletin

(Tiré de Une Bible, du café… des disciples, Neil Cole)

En vérité, très souvent, nous ne lisons que de courts passages des Écritures et c’est là que la routine s’installe ! Beaucoup lisent la Bible par devoir plus que par choix.

Je crois que les gens n’en sont pas encore tombés amoureux. Ils ne trouvent pas un réel intérêt. En fait, le goût pour la Parole se développe au fil des lectures. Celui qui aime la Parole de Dieu se rend compte qu’il en devient amoureux à mesure qu’il la lit. Vous est-il arrivé de recevoir une lettre d’une personne dont vous êtes follement amoureux ? Imaginez qu’un homme reçoive une lettre d’amour de celle qu’il aime et la laisse plusieurs jours sur le buffet avant de l’ouvrir, qu’il finisse par le faire, en lise les premières lignes et dise : « Ça suffit, assez de bonnes nouvelles pour aujourd’hui », en la refermant et en gardant la suite pour le lendemain. Vous seriez très surpris ! Ce n’est pas comme ça que nous lisons les lettres d’amour ! Mais c’est ce que nous faisons avec la Bible, la lettre d’amour que Dieu nous a écrit.

Les gens n’ont pas de passion pour la Parole de Dieu, car ils n’y ont pas suffisamment goûté. Ils prennent souvent la Bible à petite dose, un chapitre par-ci, un verset par-là, et ils trouvent qu’elle ne leur parle pas. Nous prenons notre Bible comme nous prendrions un médicament, en pensant qu’une petite dose nous fera du bien, nous aidera à aller mieux, même si ce n’est pas très bon.

Nous commençons à prendre plaisir à lire la Bible quand nous en lisons de grands passages, dans leur contexte et de manière répétitive. Jésus a dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4.4). À nous de développer cet appétit pour la Parole de Dieu !

C’est vrai, il y a des matins où vous ouvrez la Bible par devoir plus que par choix. Mais ces matins deviendront vite un moment spirituel de qualité quand votre temps de lecture de la Parole vous conduira à vaincre l’impression d’être blasé et à écouter ce que Dieu vous dit. Cela n’arriverait pas si vous lisiez seulement un chapitre par jour. Dès que Dieu vous a parlé directement au travers de sa parole, vous commencez à en vouloir davantage. Vous pouvez finalement développer une dépendance, comme le cerveau du coureur à l’entraînement qui libère des endorphines au cours d’un bon exercice physique.

Je fus très surpris de voir Kevin, mon frère en Christ, lire un Évangile ou les Actes dans la semaine et la lettre aux Hébreux en parallèle ! Trente chapitres et plus ne suffisaient pas pour assouvir sa soif. Voici ce qui attend ceux qui sont prêts à réserver une demi-heure par jour à la lecture de la Parole de Dieu. Ils tombent amoureux de la Parole, et mieux encore, ils tombent amoureux de son auteur qui leur parle personnellement et puissamment.

Malheureusement, on a fait aujourd’hui de la Bible un livre à étudier et à interpréter plutôt qu’à lire, admirer et appliquer simplement à sa vie. Certains parmi nous en sont arrivés au point où Dieu ne peut pas leur parler au travers de sa Parole sans l’aide d’un commentaire, d’une Bible d’étude, d’une bonne concordance ou d’une encyclopédie biblique. Pour certains, la Bible n’est plus une lettre d’amour, mais un document juridique dont on étudie chaque mot et chaque signe de ponctuation. Imaginez ce que dirait votre bien-aimé si vous décortiquiez sa lettre d’amour de la sorte !

Je comprends la nécessité d’une étude plus approfondie de la parole de Dieu. Mais j’ajoute simplement qu’on doit aussi la lire telle qu’elle est : la parole de Dieu qui nous est adressée personnellement. J’ai eu l’occasion de rencontrer dans nos groupes de croissance de nouveaux participants qui se plaignaient d’avoir trop de chapitres à lire pour pouvoir les étudier sérieusement. Seuls les chrétiens de longue date font ce type de remarque, et seulement les premières semaines. Car dès qu’ils commencent à lire le volume de lecture hebdomadaire proposé, ils découvrent combien ils sont renouvelés. Une telle quantité de lecture à un rythme répétitif sensibilise le lecteur à la vérité et le familiarise avec la voix de Dieu. J’ai constaté en fait que cette approche des Écritures encourage une étude plus approfondie. Elle soulève des questions qui éveillent la curiosité. Il n’est pas rare que certains continuent à étudier les passages d’un livre de la Bible déjà lu alors que la lecture de la semaine porte sur un autre livre.

Bon appétit !