Joyeux Noël, notre cri de guerre

Publié le 8 décembre 2015 dans Le mot du pasteur, Les articles du bulletin

Malheureusement, l’Occident se familiarise de plus en plus avec les cris « Allahou akbar » en subissant les horreurs qui sont perpétuées par la haine et la violence renfermées dans ce cri de guerre. En ce moment, la France doit aborder la saison des fêtes avec des peurs, des angoisses et des interrogations légitimes. Elle s’interroge sur la meilleure manière de réagir aux attentats. Plus que jamais, le sécularisme offre peu de réponses satisfaisantes ; par contre, le message chrétien de la venue du Sauveur, dont la proclamation est la raison d’être de notre église, reste la meilleure riposte.

« Ne priez pas pour nous ! »

Suite aux attentats, le monde entier s’est proposé de prier pour Paris. C’était intéressant de voir que dans le même espace de temps, le hashtag #PrayforParis a eu beaucoup plus de soutien à travers le monde que #JeSuisCharlie. Évidemment, les élites et les médias français ont immédiatement dédaigné ces prières, puisqu’incompatibles avec leur athéisme et laïcisme. Mais en réalité, tout le monde reconnaît qu’il y a des moments où nous avons besoin de nous tourner vers une consolation et une aide ultimes. C’est pourquoi #NePriezPasCarPersonneEcouteEtLeHasardSenFoutDeNotreSort n’a pas connu beaucoup de succès. D’autres ont proposé comme solution au terrorisme de faire disparaître les crèches des espaces publiques, mais comme disait un article du Figaro, « Moins de christianisme, plus de laïcisme, c’est la pire réponse aux attentats !». Les libertés de conscience, d’expression, de religion– dont tout le monde profite — sont fondées en grande partie sur l’héritage chrétien.

« Sauvons la planète !»

Les discours du COP21 montrent bien l’incapacité de notre époque à offrir de véritables solutions aux problèmes. D’après nos « grands » penseurs et politiciens, il faut lutter contre le terrorisme en luttant contre le réchauffement climatique, puisque les grands maux du siècle sont le terrorisme et…. le réchauffisme ! Aucune mention des vrais problèmes de fond : la méchanceté, l’immoralité, les fausses religions et philosophies, la désintégration de la famille, l’avarice, etc. En effet, lorsqu’on ne veut pas reconnaître les vrais problèmes et la seule solution qui est le salut offert au monde par son Créateur, on cherche à en inventer d’autres, autant les remèdes que les problèmes.
Face à ces bêtises, nous avons le privilège pendant cette saison d’annoncer une bonne nouvelle. Dans l’histoire de Noël, Dieu lui-même s’est attaqué à la haine, aux violences et aux angoisses de notre monde. Après des années de préparation, il a lancé son offensif à ….Bethlehem. Joyeux Noël, c’est notre cri de guerre. Que voulons-nous dire par « Joyeux Noël » ?

Dieu est petit

Noël signifie naissance. Si « Allahou akbar » signifie « Dieu est le plus grand », Noël rappelle que le vrai Dieu de l’univers est devenu tout petit. Ainsi, Noël est une attaque aux valeurs de ce monde. Hérode le Grand s’est senti menacé par la naissance de ce petit roi et a ordonné un massacre terroriste; il a voulu faire disparaître l’enfant de la crèche. En effet, c’est de la crèche que Dieu prêche aux « Puissants du jour, fiers de leur grandeur ». Mais Noël prouve que la vraie grandeur et la vraie puissance vient de l’humilité, l’amour et le sacrifice. Grâce à la venue de Christ et son œuvre, nous savons désormais que ces valeurs triompheront toujours.

Joie pour le monde !

En tant que chrétiens, nous souhaitons la joie au monde. Si certains veulent semer la terreur, les chrétiens veulent semer la joie. La joie est au cœur du message de Noël : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie.» (Lc 2.10) Depuis le premier Noël, la recherche de la joie des autres par la générosité et le don de soi est une valeur foncièrement chrétienne. Lorsque nous échangeons des cadeaux, lorsque nous nous réjouissons autour de la table, nous imitons Dieu qui nous a donné le plus beau cadeau et qui a tout fait pour nous offrir un festin éternel. Cette joie est notre arme et notre manière de gagner d’autres.