La mission est-elle la chose la plus importante ?

Publié le 30 avril 2015 dans Les articles du bulletin, Mission

A l’occasion de la parution imminente de l’ouvrage classique de John Piper sur la mission, nous reproduisons ici un résumé de sa pensée clef…

La mission n’est pas le but final de l’église. C’est la louange. La mission existe parce que la louange n’est pas encore complètement accomplie. Lorsque cet âge prendra fin, la mission n’existera plus. C’est une nécessité temporaire. Mais la louange demeurera pour toujours.
La louange est alors le moteur et le but de la mission. C’est le but de la mission parce qu’elle tend à amener les nations dans la lumière de la gloire de Dieu. Le but de la mission est la joie des peuples dans la grandeur de Dieu. « L’Eternel règne que la terre soit dans l’allégresse ! » (Ps 97.1). « Les peuples te célèbrent ô Dieu ! Tous les peuples te célèbrent. Les foules se réjouissent et triomphent » (Ps 67.4-5).

Mais la louange est le moteur de la mission. La passion pour Dieu dans la louange précède l’offre de Dieu dans la prédication. Vous ne pouvez pas recommander ce que vous n’aimez pas vous-même. La mission débute par la louange et se termine dans la louange. Lorsque la flamme de la louange brûle par l’effet de la chaleur de la dignité même de Dieu, la lumière de la mission brillera jusqu’aux peuples de la terre qui sont le plus dans les ténèbres. Là où la passion pour Dieu est faible, le zèle pour la mission est faible. Les églises qui ne sont pas centrées sur l’exaltation de la majesté de la beauté de Dieu auront difficilement le désir fervent de «déclarer sa gloire parmi les nations » (Ps 96.3).

La deuxième plus grande activité dans le monde

L’aspect le plus important dans la mission, c’est la place accordée à Dieu dans la vie de l’église. Là où les gens n’ont pas été touchés par la grandeur de Dieu, comment peuvent-ils être envoyés avec ce message puissant « car l’Eternel est grand et très digne de louange, il est redoutable plus que tous les dieux » (Ps 96 .4). La mission n’est pas le commencement et la fin, Dieu l’est. Cette vérité donne la vie à l’inspiration et à l’endurance missionnaires. William Carey, le père de la mission moderne qui a quitté en 1793 l’Angleterre pour se rendre en Inde, s’exprime ainsi : « Quand j’ai quitté l’Angleterre, mon espoir pour la conversion de l’Inde était très fort. Mais avec tous les obstacles, j’allais mourir si je n’étais pas soutenu par Dieu. Toutefois j’avais Dieu et sa parole est vérité. Si les superstitions des païens étaient mille fois plus fortes qu’elles ne le sont, si le comportement des européens mille fois pire qu’il n’est, même abandonné et persécuté par tous, ma foi basée sur la parole de Dieu surmontera tout obstacle et vaincra toute difficulté. La cause de Dieu triomphera. » Carey et des milliers d’autres ont été poussés et soutenus par la vision d’un Dieu grand et triomphant. Cette vision doit être prioritaire. La savourer dans la louange entraîne son extension dans la mission. Toute l’histoire s’oriente vers un grand objectif, la puissante louange de Dieu et de son Fils parmi tous les peuples de la terre. La mission n’est pas ce but. C’est le moyen utilisé pour l’atteindre. La mission existe parce que la louange n’est pas encore accomplie. Et pour cette raison, c’est la deuxième plus grande activité humaine dans le monde.