Les femmes de la Bible – étude du 25/09 – Anne

Publié le 1 octobre 2014 dans Les femmes de la Bible

Psaumes 5 v 12 et 13

v12                             « Alors tous ceux qui se confient en toi se réjouiront. Ils auront de l’allégresse toujours, et tu les protègeras ; tu seras un sujet de joie pour ceux qui aiment ton nom.

v13                  « Car tu bénis le juste, ô Eternel ! Tu l’entoures de ta grâce comme d’un bouclier. »

Anne : une femme de prière

Ethymologie : Anne = grâce, faveur.

Chronologie : environs 1100 ans avant Jésus-Christ, on est encore dans la période des « Juges » avant les rois

Sa place dans la Bible :     I Samuel 1 , 2 v 1 à 11 et 18 à 21

Samuel fils de Anne est considéré comme le dernier des Juges : Actes 13 verset 20 « Il leur donna des juges jusqu’au prophète Samuel »

Et le 1er des prophètes : Actes 3 v 24 « Tous les prophètes qui ont successivement parlé, depuis Samuel…»

v 1 et 2 :        Anne était la 1ère épouse de Elkana (de la famille de Leir : 1 Chronique 6 v23). Elle était stérile, la 2ème épouse s’appelait Peninna, elle se posait en rivale de Anne (v 6). Anne était aimée de son mari (v5). Ils habitaient Rama (ville au N.O. de Jérusalem).

Elkana était un homme pieux et respectueux des traditions. Chaque année selon la loi de l’Eternel, toute la famille se rendait à Silo (25km de Rama sur la route de Jérusalem) là où était installée la tente d’assignation (Josué 18 v1) pour offrir des sacrifices.

Eli était prêtre et sacrificateur à Silo.

v6 et 7 :        Ce qui aurait dû être une journée de fête pour Anne, se transformait en dure épreuve à cause du comportement de Péninna qui profitait de cette occasion où elles étaient ensemble, pour se montrer méchante envers Anne. En réponse à cette agressivité, malgré sa peine et sa douleur immense, Anne ne se rebellait pas. A cette époque les femmes qui n’avaient pas d’enfants étaient décriées par les autres, elles étaient mal-estimées. (cela rappelle le comportement de Rachel et Léa femmes de Jacob).

v8 :                 Son mari qui l’aimait essayait de la consoler.

v9 et 10 :       Ce jour-là, après le repas (elle est bien élevée, elle aurait pu quitter la table avant) pour se soustraire à cette souffrance, Anne se rend au temple pour prier. Elle savait qu’auprès de Dieu elle pourrait trouver réconfort, consolation et soutien (Jérémie 16 v19, « ma force et mon appui, mon refuge au jour de la détresse »)

v11 :                Là, elle fait le vœu. Si elle a un fils elle le consacrera au Seigneur. Quel courage !

v12 à 14 :       Sa prière est tellement intense, son attitude tellement peu habituelle qu’Eli qui se trouvait là pense qu’elle est saoule. Il l’accuse d’avoir bu. Dans cette situation, on voit encore la douceur de cette femme. Elle est accusée injustement, mais elle ne réagit pas de façon agressive pour se défendre.

v15 à 16 :       Elle expose juste son chagrin avec sincérité.

v17 :               Eli la réconforte ;

v18 :                           Nous montre la foi profonde d’Anne, mais aussi la Toute Puissance de Dieu pour nous soulager dans nos afflictions. Après sa prière fervente, intense, sincère, sa souffrance est comme effacée.

Avons-nous comme Anne une telle confiance en Dieu que nous lui abandonnons tout, même dans les situations les plus difficiles. (Matthieu 6v34 « Ne vous inquiétez pas du lendemain, à chaque jour suffit sa peine)

v19                  Toute la famille rentre.

v20 à v23      l’année suivante Anne met au monde Samuel. Dieu a exaucé sa prière. Elle va l’élever près d’elle pendant 2 à 4 ans, jusqu’à ce qu’il soit sevré et elle ne retournera à Silo que pour y amener et y laisser son fils au service de l’Eternel.

v24                 Toute la famille retourne à Silo pour offrir les sacrifices rituels et là,

v27                 Anne présente son fils à Eli et le laisse au service de

v28                             Dieu, comme celle l’avait promis mais elle ne l’abandonne pas, ne le délaisse pas, elle le « prête » à l’Eternel. Elle n’est pas inquiète, elle a confiance en Dieu et sait qu’il prendra soin de son fils. Elle continuera de pourvoir à l’entretien de son fils (1 Samuel 2 v19)

1 Samuel 2 v1 à 10

C’est une prière d’Anne à l’Eternel.

Le v1                          « Mon cœur se réjouit en l’Eternel » montré sa totale confiance en Dieu et toute la joie qui end écoule « car je me réjouis de ton secours ».

Cette prière est souvent mise en parallèle avec celle de Marie la mère de Jésus (Luc 1 v46 à 55), confiance et soumission totale à Dieu, humilité

v20 :               Eli bénit Elkana et Anne.

v21 :               Leur avenir s’annonce serein. Anne aura encore d’autres enfants.

A méditer :

Toute l’attitude d’Anne. Elle est un merveilleux exemple de femme pieuse. Elle a confiance en Dieu. Elle entretient avec Lui une relation privilégiée et étroite qui la conduit à se tourner vers Lui avec confiance et foi. Elle est sûre qu’elle est entendue, elle est sûre qu’elle peut compter sur Dieu. Elle ne lui fait pas la liste de toutes ses envies et besoins, elle lui livre juste ce qu’elle a sur le cœur avec sincérité.

L’attitude de Péninna et d’Eli :

Ne faisons pas comme eux. Ne jugeons pas les autres. Ne faisons pas de fausses idées en nous attachant aux apparences des autres et aux situations. Ne laissons pas notre langue dire des choses désagréables aux méchants. Ayons de la compassion pour ceux et celles qui souffrent. Dispensons de l’amour autour de nous et non pas du mépris.

Louons Dieu :

de ce qu’il nous connait. Il connait nos cœurs, nos pensées, nos besoins.

Rendons grâce à Dieu :

de ce qu’Il répond à nos prières bien plus souvent que nous ne le pensons en nous rappelant avec humilité que nous ne méritons rien. Souvenons-nous aussi que sa réponse à nos prières peut être « non ».

Comme Anne ayons un visage serein après avoir épancher notre peine auprès du Seigneur. Ayons confiance en Lui envers et contre tout.

Confessons :

notre tendance à ne pas nous adresser à Dieu en premier. Parfois nous confions nos soucis à notre entourage, à nos amis avent de nous mettre aux pieds du Seigneur. Parfois nous ne nous souvenons de Lui qu’en dernier recours. Luttons contre cette attitude.

Réjouissons-nous :

de ne pas avoir à attendre 1 année pour aller offrir des sacrifices au temple. Jésus a payé le prix pour nos fautes sur la croix une fois pour toutes. Grâce à Lui nous avons accès au Père librement et à chaque instant.

Demandons au Seigneur de nous accorder la grâce de faire confiance à sa toute puissance. Que notre foi en Lui soit plus profonde, plus sincère et plus confiante. Remettons-Lui nos enfants et leur éducation.

Prière :

Père merci pour toutes les prières auxquelles tu as déjà répondues dans ma vie, et pardon pour toutes les fois où je n’en ai fait aucun cas. Je veux Seigneur m’appuyer sur ta fidélité et ton amour. Aide-moi à formuler des prières moins égoïstes, moins exigeantes. Apprends-moi à te faire davantage confiance et à rester sereine chaque jour qui passe. Merci pour ta patience infinie Seigneur envers moi. Merci de ne pas te lasser de m’instruire, et fais que je fasse preuve de la même sagesse dans l’éducation de mes enfants. Apprends-moi Seigneur à prier avec sincérité pour nos frères et sœurs et à dispenser autour de nous l’amour que tu as mis dans nos cœurs. Soyons comme Anne des femmes de prière qui te faisons confiance avec assurance et détermination, sachant que tu prends soin de nous. Ne laissons pas l’inquiétude ternir notre foi.