Comment mobiliser une église pour la mission ? (3/3)

Publié le 1 juillet 2012 dans Mission

L’expérience de la provision divine

Quand je suis devenu pasteur de l’Eglise Baptiste de Toulouse-Centre il y a 14 ans, j’ai présenté (comme le premier ministre nouvellement investi) un discours de ‘politique générale’, dans lequel j’exposais ma vision pour les années à venir : je souhaitais que l’église devienne une église missionnaire, et pour y parvenir, je souhaitais qu’elle devienne propriétaire de ses locaux, et qu’elle devienne une église mère (qu’elle se reproduise). Dans cette première année, malgré une bonne gestion de mon prédécesseur, l’église a été l’objet d’un redressement fiscal sur les 5 dernières années. La somme qui nous été réclamée par le fisc s’élevait à environ un an du budget global de l’église, et nous n’avions aucune réserve. C’est à la fin de cette première année que nous tenions notre première convention avec 9 couples missionnaires. Je ne sais pas vraiment comment Dieu a pourvu, mais je peux dire que non seulement nous avons pu prendre soin de ces ouvriers, mais nous avons remboursé la moitié de nos dettes. L’année suivante, nous relancions un ‘programme missionnaire plus vaste, nous liquidions nos dettes et nous devenions propriétaire d’un bâtiment. Dix ans plus tard, l’église a fini de payer son bâtiment qui est maintenant trop petit, elle soutient entièrement ses deux pasteurs et 1/3 de son budget part pour la mission.  Nous l’avons vécu à l’EBTM.  Les membres du conseil et en premier lieu les trésoriers qui se sont succédés à ce poste savent que lorsque l’église s’occupe des affaires de Dieu (comprenez la mission)    alors lui pourvoit à nos affaires. «L’œuvre de Dieu faite selon la manière de Dieu ne manquera jamais de la provision de Dieu » (Hudson Taylor).

Aujourd’hui ce ne sont plus les pasteurs ou le conseil seulement    qui portent la vision missionnaire, mais l’église dans son ensemble.

En 2007, nous avons été sollicités pour reprendre l’église baptiste de Montauban. Rapidement, nous avons lancé un programme missionnaire. A l’époque, l’église avait juste de quoi payer son loyer et ses différentes charges, mais ne soutenait pas son pasteur, ni l’œuvre missionnaire. Dieu s’est occupé de nos affaires, il nous a permis de trouver un nouveau local, un temple historique dans lequel nous n’avons plus de loyer. En 2011, 40% de son budget partait pour la mission; l’église prenait part au soutien de ses serviteurs, et trouvait un pasteur. Oui, si les priorités du Seigneur sont aussi les nôtres, alors on peut être assuré de voir Dieu agir en conséquence.

La convention missionnaire

En octobre prochain, nous tiendrons, si Dieu le veut, notre 14ème convention missionnaire, elle aura pour thème « L’implantation d’églises ». Du vendredi soir au dimanche soir, nous accueillerons nos missionnaires pour entendre leur rapport, pour prendre connaissance de leur sujets de louange et de prière, pour prendre part à leur combat, pour les entourer, eux et leur famille, de notre affection fraternelle, pour les encourager par la prédication de la Parole. Rien ne peut davantage impacter nos vies que les récits des missionnaires, de voir et d’entendre les ouvriers du Seigneur, créer un lien avec ces missionnaires et le. champ sur lequel ils travaillent.

Je suis convaincu que la vocation missionnaire de l’église s’est ancrée dans ces rencontres missionnaires. Ce sont à présent les membres de l’église qui partent pour le champ de mission, et je crois que cela devrait affermir encore davantage notre vocation.

Les voyages missionnaires

Depuis quelques années maintenant, les membres de l’église prennent part à des voyages missionnaires. C’est une nouvelle étape qui a été franchie dans notre engagement, c’est une préoccupation de plusieurs mois de préparation, d’implication, d’efforts, de prières, non seulement pour ceux qui partent mais aussi pour ceux qui restent. Ce qui nous touche, c’est à quel point le Seigneur peut se servir de gens ordinaires pour accomplir une œuvre extraordinaire « car nous sommes ouvriers avec Dieu » (1 Co 3.9). C’est la meilleure place pour voir Dieu agir et considérer les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.

La mission dans son sens le plus large, c’est la vie de l’église. C’est pour cela que le Seigneur nous a choisis et établis afin que nous allions et portions du fruit.

V. Bourrel