La réunion de prière

Publié le 2 janvier 2011 dans La vie de l'église

La réunion de prière
La mémoire de Charles Haddon Spurgeon a été chérie parmi les chrétiens évangéliques tout au long du dernier siècle. Beaucoup de responsables chrétiens le considèrent comme le plus grand prédicateur que l’Angleterre ait jamais connu. Il est couramment acclamé comme le « Prince des Prédicateurs ». Plus de 63 volumes de sermons publiés rendent encore témoignage de la richesse et du succès du ministère de Spurgeon. Connu pour ses prédications saisissantes, ce ne furent toutefois pas celles-ci qui firent de lui un grand homme. Spurgeon reconnaissait en permanence que son succès était le résultat direct des fidèles prières de sa congrégation. On a souvent fait la remarque que c’est toute l’église qui contribua à produire Spurgeon. Lorsque des visiteurs venaient dans son église, Spurgeon avait l’habitude de les emmener
dans la salle de prière située au sous-sol, dans laquelle il se trouvait toujours des personnes à genoux en train d’intercéder. Alors Spurgeon déclarait : « C’est ici le centre de puissance de cette église. »
Dans son autobiographie, Spurgeon exprime sa reconnaissance d’être béni par une telle église priante. « Je donne toujours toute la gloire à Dieu, mais je n’oublie pas le fait qu’il m’a donné le privilège d’exercer mon ministère, dès le début, envers un peuple qui prie. Nous avions des réunions de prière qui nous touchait jusqu’au fond de l’âme, chacun paraissait déterminé dans son désir de prendre d’assaut la Cité Céleste par la puissance de l’intercession. » Spurgeon considérait la réunion de prière comme le thermomètre spirituel d’une église. La nuit de prière qui avait lieu le lundi dans son église eut une réputation qui parcourut la terre entière pendant plusieurs années. Chaque lundi soir, une grande partie du sanctuaire de Spurgeon était remplie d’intercesseurs sincères et fervents.
Aux yeux de Spurgeon, la réunion de prière était la réunion la plus importante de la semaine. L’une des plus grandes préoccupations de Spurgeon était que les personnes de son église apprennent à prier véritablement. «Il enseignait à son assemblée à prier, donnant bien plus l’exemple par sa propre expérience que par sa prédication.» D.L. Moody, après sa première visite en Angleterre, fut interrogé en ces termes : « Avez-vous entendu Spurgeon prêcher ? » II répondit : « Oui, bien mieux que cela, je l’ai entendu prier. »
Spurgeon reconnaissait tout à fait que le plus grand besoin de l’église n’était pas d’avoir un autre « Prince des prédicateurs », mais d’avoir davantage de princes dans la prière. Dans l’un de ses nombreux sermons publiés, il exprima ce sentiment, écrivant : « Devrais-je vous donner une raison de plus au fait que vous devriez prier? …N’est-ce pas vos prières qui accompliront ce que mes prédications n’ont pas réussi à faire ? Nest-il pas vrai que l’Eglise a mis en avant bien plus son habilité à prêcher que son habilité à prier ? Oh chers amis ! Rentrons dans l’agonie de la prière…»
Beaucoup disent qu’ils désirent le réveil dans leurs propres églises locales et dans leurs villes. Et cependant, n’est-ce toujours pas les réunions de prière qui sont le plus souvent négligées ? Si Jésus devait nous rendre visite aujourd’hui avec la réelle puissance de réveil, comment une telle bénédiction pourrait-elle être soutenue là où il n’y a pas de terrain travaillé dans la prière ? Tout comme Spurgeon, considérons les réunions de prière comme notre plus importante réunion.