Les Principes de Peter

Publié le 20 juillet 2010 dans Le mot du pasteur

Extrait de « Une vie sous l’appel du Berger », autobiographie d’Elisée  Beau, missionnaire et pionnier au Québec – Editions Sembeq

Au cours de notre vie, nous faisons tous des expériences et prenons des décisions, influencées bien souvent par l’expérience des autres. La lecture du livre Les principes de Peter eut un impact sur moi et dirigea plusieurs des décisions que j’ai eues à prendre.

Ce livre soulignait que dans notre société, nous sommes en général gouvernés par des gens incompétents. Ces gens ont grimpé les échelons de compétence dans leur domaine, jusqu’à un stade d’incompétence où ils demeurent, incapables d’aller plus loin. L’auteur de ce livre donnait le conseil suivant pour ne pas tomber dans ce piège de notre société moderne : il faut avoir le courage et l’humilité de refuser de monter jusqu’à notre échelon d’incompétence, pour notre bonheur et celui des autres. Il soulignait qu’une bonne partie de nos maux de société et du stress des individus sont causés par le fait qu’ils se trouvent exactement dans cet échelon d’incompétence. Cela m’a conduit à refuser des responsabilités pour lesquelles je n’étais pas préparé et qui étaient au-dessus de mes capacités.

Cela n’exclut pas de développer de nouvelles compétences. Dans mon expérience, pour tout travail que je jugeais possible ou qui était indispensable, je suivais des cours pour me qualifier et me permettre d’avoir du succès dans ce que j’entreprenais. C’est en posant des questions, en regardant faire les autres, en pratiquant, que je me suis souvent qualifié dans plusieurs domaines où j’étais auparavant incompétent.

J’ai également tenté d’appliquer ce principe dans les responsabilités de mon ministère pastoral et dans celui de directeur de camp. Dans la mesure où cela était possible, j’essayais de donner des responsabilités à des personnes là où elles étaient compétentes et je ne voulais jamais demander à quelqu’un de faire un travail pour lequel il n’était pas qualifié et n’avait pas de joie à l’accomplir.

En pratique, j’ai dû prendre pour moi-même des décisions difficiles et mal comprises par certains. Lorsque ma santé ne m’a plus permis de remplir mon ministère d’une façon satisfaisante, j’ai donné ma démission et j’ai laissé à d’autres qui étaient plus compétents que moi le soin de continuer ce que j’avais commencé. Je ne voulais pas m’accrocher comme j’ai souvent vu des pasteurs et des serviteurs de Dieu le faire. J’ai vu des gens qui étaient responsables dans différents domaines du service qui à la fin de leur vie ou à cause de leur santé, ont détruit, par leur incompétence, ce qu’ils avaient construit durant leurs années de compétence. Ce principe m’a permis d’être en paix avec moi-même et avec Dieu.

En regardant en arrière, je suis émerveillé de voir que Dieu m’avait façonné et équipé pour accomplir les tâches qu’Il avait préparées d’avance pour moi. Le travail sur la ferme, l’évangélisation avec mon père, ma formation sur les chantiers, la cuisine dans l’armée et les camps durant ma jeunesse, ainsi que tous les gens qui m’ont marqué, font partie du plan merveilleux de Dieu.  Dieu m’avait préparé à être un pionnier au Québec bien avant que je sache moi-même où Il allait me diriger.  De la même façon, Dieu a placé des gens qui ont pris la relève après mon départ dans les responsabilités que j’occupais.  **

J'ai trouvé la volonté de Dieu

Publié le 23 juin 2010 dans Le mot du pasteur

Nous savons que Dieu a une volonté et qu’il nous a créés avec un dessein particulier.  Très conscient de cela, l’enfant de Dieu s’en préoccupe.

La volonté divine est pour certains quelque chose de cachée que l’on peut parfois faire après l’avoir aperçue à force de longues investigations.  Pour d’autres, elle nous est révélée au travers des circonstances ; ceux-là interprètent constamment tous les signes qui pourraient leur parvenir — le climat, la panne de voiture, la rencontre d’une personne, et parfois le verset biblique tiré au  hasard.  Pour d’autres encore, tout est écrit et nous n’avons qu’à nous laisser vivre.  D’autres craignent simplement la volonté de Dieu pensant que de toute façon ça ne va pas leur plaire.

Mais quels sont les principes divins pour connaitre la volonté de Dieu en ce qui concerne l’école que vous devez fréquenter, le travail que vous devez chercher, la fille ou le garçon à aimer ?  Quelle décision prendre dans une situation précise ? Puisque Dieu veut que nous fassions sa volonté, il doit vouloir que nous la connaissions. Et si cela est très important on peut s’attendre à ce qu’il nous la communique d’une façon claire.  Il le fait par écrit, par la Bible.

1 LE PREMIER PAS CRUCIAL : 2Pi.3/9.  Il veut que tous les hommes soient sauvés. Sans Christ, la Bible dit que nous sommes errants, égarés, ennemis de Dieu et rebelles à sa volonté.  Mais la volonté de Dieu est que vous soyez sauvés et que vos voisins le soient aussi, en vous voyant vivre et en entendant parler de Jésus-Christ par votre bouche.

2 LA PLÉNITUDE DU SAINT-ESPRIT : Eph.5/17-18.  Il s’agit d’un ordre ! Nous aimerions que Dieu nous donne une direction précise ; il a dit « Soyez remplis de l’Esprit. » Il ne nous montre pas la direction en nous donnant une carte, mais en nous donnant un copilote, le Saint Esprit.

Que signifie être rempli de l’Esprit ? Une vie remplie de l’Esprit est  une vie où l’on prend conscience de la présence de Christ vivant en nous. Cette vie remplie de l’Esprit s’entretient, Eph.5/19-20.  On remarque que Col.3 ressemble à Eph.5, mais dans Colossiens, Paul n’établit pas le lien entre un tel mode de vie et la plénitude de l’Esprit.  Il dit simplement que tout cela est le résultat de « la Parole de Christ qui demeure dans toute sa richesse » Col.3/16. 

 Ainsi on peut déduire qu’une vie remplie de l’Esprit est une vie saturée des choses de Christ, de sa parole et de sa personne.  Pour cela, il faut s’imprégner d’abord du livre qui lui est entièrement consacré, la  Bible.

3 LA PRIORITÉ À LA PURETÉ : 1Thess.4/3-7.   Dieu veut que chaque croyant soit sanctifié. Il est inutile pour une personne, jeune ou moins jeune qui vit dans l’impureté (sexuelle ou autre), de demander « Seigneur, fais-moi connaitre ta volonté ». Cette personne montre une prédisposition de ne pas faire la volonté de Dieu.  Pourquoi Dieu devrait-il donc lui dévoiler d’autres aspects de son plan ? Puisque nos passions nous dominent rapidement, il nous faut chacun savoir nous tenir éloigné de ce qui peut nous entrainer.

4 LA SOUMISSION : 1Pi.2/13-15.  Dieu veut que nous soyons soumis aux autorités mises en place, dans le cadre de la famille, l’église, le gouvernement et le travail.  N’est-ce pas que les gens de ce monde savent comment nous devrions nous conduire ? Pourquoi ne pas faire taire leurs critiques en nous efforçant de vivre d’une manière exemplaire ?

5 LA SOUFFRANCE : 1Pi.5/10.  La souffrance accompagne la progression du chrétien.  Elle est « selon la volonté de Dieu », 1Pi.4/19.   Toujours opter pour la voie sans souffrance n’est pas une bonne manière de rester dans la volonté de Dieu. Nous vivons dans un monde qui a crucifié Jésus-Christ; croyez-vous que ceux qui lui ressemblent ne seront pas inquiétés ? 2Tim.3/12. La volonté de Dieu  c’est aussi que nous fassions courageusement face à l’hostilité de ce
monde.

Ainsi, la volonté de Dieu, c’est que vous soyez sauvé, rempli de l’Esprit, sanctifié, soumis et prêt à souffrir.  Mais vous dites qu’avec tout ça, je ne sais toujours pas avec qui je vais me marier, quel études je dois entreprendre et où je dois chercher du travail !

Si vous respectez ces 5 principes de bases, faites tout ce que vous voulez ! Car si ces 5 principes sont présents dans votre vie, il est clair que c’est Dieu qui dirige vos désirs ! Si vous consacrez votre vie à Dieu de la sorte, il vous donnera les désirs qui lui plaisent. Mettez-vous à l’œuvre, accomplissez ce qu’il y a sur votre cœur et continuez d’observez ces 5 principes.  Si le Seigneur veut vous conduire ailleurs, il vous en montrera le chemin en route.  ***

Adapté de John MacArthur

La prière en public

Publié le 17 mai 2010 dans Le mot du pasteur

Pour beaucoup, la prière reste une notion et une pratique très personnelles. En effet, dans le Sermon sur la montagne, Jésus enseigne que la foi authentique se montre par une vie de prière ‘dans le secret’ : « Ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier…pour être vus des hommes. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Mt 6.5-6).

Néanmoins, quelques versets plus tard, nous voyons que Jésus évoque également la prière collective : « Notre Père qui es aux cieux…donne-nous notre pain quotidien…pardonne-nous nos offenses… » (Mt 6.9-12). Ainsi, dans le Nouveau Testament, nous voyons souvent les chrétiens réunis pour prier et louer Dieu ensemble (Actes 2.42, Actes 12.12-16). En donnant des instructions à Timothée concernant la vie de l’église, Paul dit: « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu… » Certainement, cela inclut le lieu de culte !

Prier ainsi avec d’autres peut sembler intimidant ou étrange, mais Dieu est glorifié par les prières de ses enfants réunis, et il s’ en sert pour édifier les autres. Voici quelques conseils pratiques pour l’édification de tous :

Ø Priez selon l’Écriture. Ne nous contentons pas de demander à Dieu ce que nous voulons — qu’il nous enseigne ce que nous devrions vouloir.

Ø Priez de manière appropriée pour l’occasion. Paul parle de « toutes sortes de prières » (adoration, confession, supplication, actions de grâces, etc). Certaines prières conviennent davantage au culte du dimanche, d’autres ont leur place à la réunion de prière.

Ø Rappelez-vous que vous priez avec et pour les autres. Priez de manière à ce que les autres puissent s’y associer. Ce n’est pas le moment de raconter vos expériences personnelles.

Ø Soyez discrets quant aux détails personnels et privés. N’utilisez pas la prière pour déballer la vie privée des autres. Dieu connaît déjà les situations et les cœurs et n’a pas besoin d’être mis au courant des derniers détails.

Ø Montrez de la révérence, de la confiance, de l’humilité et une émotion authentique. Priez comme si Dieu est Dieu, et comme s’il nous entend vraiment.

Ø Priez de manière à ce que les autres puissent vous suivre facilement. Le but est l’édification de tous (1Cor. 14.17). Priez de manière audible pour que les autres puissent dire « amen ». Inutile de faire des phrases trop longues, trop fleuries, trop ornées.

Ø Soyez relativement brefs. Mieux vaut être trop court que trop long.

Ø Evitez la répétition machinale des formules (« vaines paroles, comme les païens… » Mt 6.7) Méfiez-vous des tics verbaux, par exemple : la répétition aveugle du nom divin, l’utilisation inutile ou excessive de certains mots, certaines phrases (« nous voulons te prier que » au lieu de simplement prier). Inutile de prendre une voix théâtrale ou non naturelle pour parler à Celui qui est notre Père et notre ami.

Ø Priez avant de prier. Demandez à Dieu de vous aider.

Pourquoi Jésus est-Il mort? 50 raisons

Publié le 15 mars 2010 dans Le mot du pasteur

1. Détourner la colère de Dieu
2. Plaire à son Père céleste
3. Apprendre l’obéissance et parvenir à la perfection
4. Opérer sa propre résurrection d’entre les morts
5. Montrer l’étendue de l’amour et de la grâce de Dieu pour les pécheurs
6. Manifester son amour pour nous
7. Annuler les exigences légales contre nous
8. Servir de rançon pour beaucoup
9. Le pardon de nos péchés
10. Poser le fondement de notre justification
11. Parfaire l’obéissance qui devient notre justice
12. Supprimer notre condamnation
13. Abolir la circoncision et les rites comme conditions de salut
14. Nous amener à la foi et nous maintenir dans la fidélité
15. Nous rendre saints, sans tache et parfaits
16. Purifier notre conscience
17. Acquérir tout ce qui est bon pour nous
18. Nous guérir des maladies morales et physiques
19. Donner la vie éternelle à tous ceux qui croient en lui
20. Nous délivrer du présent siècle mauvais
21. Nous réconcilier avec Dieu
22. Nous amener à Dieu
23. Faire de nous sa possession
24. Nous donner un libre accès au lieu très-saint
25. Devenir le point de notre rencontre avec Dieu
26. Mettre fin au sacerdoce de l’Ancien Testament et devenir le
souverain sacrificateur éternel
27. Devenir un sacrificateur compatissant et capable de nous secourir
28. Nous libérer de la vie futile de nos ancêtres
29. Nous affranchir de l’esclavage du péché
30. Nous faire mourir au péché et vivre pour la justice
31. Nous faire mourir à la loi et porter du fruit pour Dieu
32. Nous permettre de vivre pour Christ et non pour nous-mêmes
33. Faire de sa croix notre sujet de gloire
34. Nous rendre capables de vivre par la foi en lui
35. Conférer au mariage son sens le plus profond
36. Créer un peuple zélé pour les bonnes œuvres
37. Nous appeler à suivre son exemple d’humilité et d’amour sacrificiel
38. Créer une équipe de disciples crucifiés
39. Nous arracher à l’esclavage de la peur de la mort
40. Nous avoir avec lui aussitôt après notre mort
41. Garantir notre résurrection d’entre les morts
42. Désarmer les dominations et les autorités
43. Libérer la puissance de Dieu contenue dans l’Évangile
44. Mettre fin à l’hostilité entre les races
45. Racheter des hommes de tout peuple et de toute nation
46. Rassembler tout son troupeau dispersé dans le monde
47. Nous sauver du jugement dernier
48. Obtenir sa joie et la nôtre
49. Être couronné de gloire et d’honneur
50. Démontrer que Dieu fait concourir le pire mal au bien

Cette liste constitue la table des matières du livre: »Pourquoi Jésus doit mourir » de John Piper, Editions Europresse

Aurore sans espoir

Publié le 15 mars 2010 dans Le mot du pasteur

Le message de dimanche faisait référence à ce tableau :

aurore_bramley.jpg

« L’aurore sans espoir », est un tableau de Frank Bramley de 1888.  Il montre une jeune veuve, ayant reçu la nouvelle que son mari est mort en mer, qui se fait consolée par sa belle-mère.  On peut remarquer la table, disposé de manière à suggérer la table de Sainte-Cène, ainsi que la grande Bible ouverte près de la fenetre.  Visiblement, les deux femmes ne sont pas seules.  Christ est là.

Tôt ou tard, chacun de nous est confronté avec une aurore sans espoir.  Sans espoir, parce que quelque chose ou quelqu’un nous est arraché.  Mais une aurore, parce que dans ses moments même, Christ est là.  Le tableau rappelle que « l’étoile du matin se lève dans nos coeurs » et la nuit est bientôt finie.

Source : RO

« Page précédentePage suivante »